Toutes les histoires Qui suis-je?

Episodes avec Alimatou: #8  #23  #27  #34  #44 



Bon. Je crois que vais m’inscrire sur Tinder.



Je déconne, hein. Hors de question que je donne un seul centime à ces esclavagistes des cœurs. Oui, je sais ce que vont me dire les jeunes de droite : ce sont des entrepreneurs des nouvelles technologies, Tinder et Meetic, ils faut les encourager, ils créent des emplois… Tu parles. On pense qu’ils créent des emplois parce qu’ils vomissent leur pub à la télé et dans le métro, on a l’illusion qu’il s’agit de grandes entreprises. Mais en vrai, ces boîtes ont 3 employés : un ingénieur, un commercial et une « animatrice » pour jouer le rôle des bonnasses que tout le monde draguera, sans savoir qu’il s’agit de faux profils.

Mais ils peuvent vraiment t’aider à rencontrer quelqu’un ! disent les glands. Ils participent à rendre les gens heureux ! Lol, répondrait un mioche, même très con. Les gens croient tous au Père Noël, ou quoi ? Pour attendre qu’une entreprise commerciale les rende heureux… Une entreprise commerciale sert à gagner de l’argent, c’est son but, c’est inscrit dans ses statuts. Rien d’autre à espérer. Tous ceux qui croient à la vocation philanthropique des entreprises sont plus naïfs qu’Eve Angeli. Ce n’est pas parce qu’on a envie de croire à quelque chose que c’est la réalité, les gars. Exemple : Dieu.

Meetic et Tinder ne remplacent pas la vie. Une rencontre, dans la vraie vie, c’est quand même vachement plus naturel. On est forcé d’être plus sincère. On n’est pas là à mettre sa meilleure photo de trois-quarts, à mentir sur son âge et son poids, et à baver, plein de frustration, derrière un écran de mannequins… pour se retrouver avec un deuxième choix. Non : une personne, c’est une attitude, une manière d’être, pas seulement un carré de pixels retouchés, et c’est ce qui donne leur chance aux moches.

« Ce qui m’a immédiatement plu, chez Allison, c’est son authenticité ! » Marvin, 24 mois.

Et puis cette dictature du couple, cette honte sociale quand on n’a pas de partenaire, ça commence à bien faire. Quand on n’a pas trouvé son quelqu’un - ou ses quelques-uns, selon les goûts - on peut quand même s’enrichir dans la solitude, et c’est très bien aussi. Je ne rigole pas, je ne dis pas ça parce ma prostituée merveilleuse ne me regarde pas : la solitude est un trésor. On ne soupçonne pas les ressources que l’on a en soi : elles sont tellement polluées par le bruit des autres, et la pression qui veut que l’on soit toujours en groupe… Mais tous les génies ont été de grands solitaires, tous les grands créateurs, les auteurs, les inventeurs, les philosophes, sans quoi ils n’auraient rien créé. Les gens aujourd’hui ne savent plus êtres seuls, ils ont peur de leur richesse intérieure - au point que cette peur les rend totalement creux.



Laissez-moi tranquille. Elle ne veut pas de moi ? Tant pis. Je vais lire, réfléchir, et écouter mon vieux jazz. Na.

Michel de La Teigne

Newsletter :

Me soutenir :

Partager :

 |   |