Toutes les histoires Qui suis-je?


Ce couillon a osé me proposer de bosser pour lui ! Cette bouse de phacochère incontinent, cet étron fumant, cet excrément qui ferait honte à toutes les déjections du monde a osé croire un instant que moi, un être humain doté d’une dignité, j’accepterais de montrer mes fesses dans son programme pour lycéens attardés, et que j’irais jusqu’à donner mon avis sur des émissions concurrentes, vaguement moins médiocres, en sachant très bien que tous les mots de plus de quatre lettres que j’emploierais seraient coupés au montage (contrairement à caca et pipi).

Jeu éducatif (niveau Hanouna) : relie chaque image à sa définition.

La médiocrité de la télévision en France est une catastrophe. Le genre qui vous fait définitivement passer l’envie d’avoir des enfants. La télé privée est pire que la télé publique, évidemment : les normes sont beaucoup plus contraignantes à France TV - mais pour combien de temps ? La télé privée, elle - les groupes TF1, M6 et Direct Merdia - a déjà pour seul horizon la rentabilité, ce qui l’autorise à « donner aux gens ce qu’ils réclament ». Ben oui, évidemment : ce serait trop facile, d’améliorer la civilisation, si le gens étaient tous contre Hanouna, si nous étions tous assez éduqués pour comprendre à quel point cet homme nous méprise, croyant éclairer nos vies en nous faisant partager la lumière de ses blagues scatologiques. Mais le problème, c’est que les gens regardent. Critiquer Hanouna, c’est aussi critiquer les millions de jeunes couillons qui n’ont rien trouvé de mieux à faire de leur temps. Et j’assume.

La différence entre Hanouna et ses fans, c’est le pouvoir. Les pucelles et les puceaux qui admirent cette tronche de cake n’ont pas l’éducation nécessaire pour en mesurer la médiocrité. Ils ont beau « être grands » pour certains, avoir fait des écoles de commerce ou de pub : cela ne remplace pas une qualité devenue trop rare, l’esprit critique. En revenant de leur travail au McDo ou chez Sphincter & Gamble, ils s’affalent devant la télé et prennent ce qui leur est donné de plus facile : l’émission d’Hanouna.

Hanouna, lui, a du pouvoir : il pourrait décider d’améliorer un peu son émission - il y a de la marge - et de contribuer ainsi à freiner l’abrutissement de l’humanité. Il est payé suffisamment cher pour y réfléchir, et il rencontre suffisamment de gens intelligents pour le tirer vers le haut. Mais peut-être est-il déjà devenu trop con pour profiter des possibilités que lui donne son pouvoir. Il faut taper plus haut.

Bolloré. Le voilà, celui qui porte la plus grande part de responsabilité. Je le défie de reconnaître publiquement que l’émission d’Hanouna présente un intérêt quelconque, qu’il la regarde avec ses petits-enfants pour en faire des adultes intelligents et qu’elle a une autre valeur que les millions d’euros qu’elle lui rapporte. Il n’en fera rien : comme Steve Jobs interdisait les iPads à ses enfants, Bolloré doit défendre formellement à ses mioches de regarder C8 - et on le comprend. Seulement, lui, il pourrait gagner un peu moins d’argent et penser un peu plus à l’avenir de l’humanité. C’est cela, le pouvoir, et plus on en a, plus on porte la responsabilité de ses actes.



En attendant que les puissants retrouvent la raison - lol, genre, ça va arriver… - des millions de petites têtes blondes regardent Hanouna à la télé et forment, toutes ensemble, une génération perdue.

Michel de La Teigne

Newsletter :

Me soutenir :

Partager :

 |   |