Toutes les histoires Qui suis-je?


Au moins, en voilà un qui se préoccupe de politique avec beaucoup de sincérité. Je devrais être content, moi qui méprise les Ponce Pilate de la démocratie…



Mais enfin, quand même… Royaliste, en 2017 ! Et puis quoi, encore ? Manger des steaks crus ? Faire du feu avec des silex ?

C’est à se demander pourquoi on a décapité Louis XVI. Je vais vous le rappeler, puisque certains olibrius comme lui ne l’ont pas compris : le bon gros Louis représentait l’absolutisme, le droit de vie et de mort sur le peuple, les privilèges financiers et politiques de l’aristocratie - une classe qui ne travaillait pas, mais prétendait tout régir - et la monarchie de droit divin, cette fable qui faisait passer le Roi de France pour un demi-dieu… Le peuple, qui crevait de faim, a juste voulu marquer le coup. Ça a été violent évidemment, mais ça a permis d’en finir avec un millénaire de violence institutionnelle d’une toute autre ampleur, et de donner des droits à chacun… Ceux qui aujourd’hui ne voient dans le bilan de la révolution que des massacres inutiles ont de sacrées œillères ! Je prie chaque jour pour qu’ils ne soient jamais désignés jurés d’assise.

Et donc, il y a des gens comme mon client qui, en 2017, militent pour le retour de la monarchie. Je ne vois qu’une explication. Stéphane Bern.

C’est évident : mon client a trop regardé Secrets d’histoire, l’émission royaliste du service public dans laquelle notre bouffon national développe l’admiration du peuple pour ses rois passés. Vous n’avez pas remarqué ? Dans cette daube télévisée que nos impôts financent, les rois ont toujours des qualités exceptionnelles, un caractère hors du commun, et notre ravi de la crèche leur trouve même des excuses pour chacun de leurs meurtres, en souriant comme un benêt.

Nos nouveaux monarques ont la fortune, le succès et les privilèges, mais ils n’ont plus le pouvoir de nous embastiller, heureusement. C’est qu’il y prendrait goût…

Le problème, c’est que tous les pays n’ont pas décapité leurs rois. Alors ça leur laisse de l’espoir, aux royalistes… Ils regardent de l’autre côté de la Manche, et rêvent que nous aussi, nous fassions le pied de grue pendant douze heures sous la pluie pour voir une vieille secouer son gant rose depuis sa décapotable. Je préfère le point de vue de Philippe Katherine : « la Reine d’Angleterre vous chie à la raie », et croyez-moi, ça ne sent pas la rose - à son âge, ça doit plutôt ressembler à de la gelée.



Etre politisé, oui. Mais vouloir revenir à la monarchie, à l’empire napoléonien ou au IIIème Reich, ça, jamais. La pensée progresse et ne revient pas en arrière.

Michel de La Teigne

Newsletter :

Me soutenir :

Partager :

 |   |