Galerie Toutes les histoires Qui suis-je?

Episodes avec Alice: 17  36  48  61  76 



Et là, vous vous dites : on va savoir ce que Michel de La Teigne propose pour éloigner nos enfants de la pornographie. Perdu. Soyez réalistes : vous ne pourrez pas empêcher vos enfants d’y avoir accès, bien avant qu’ils atteignent un âge raisonnable.


Vous aurez beau mettre des filtres parentaux, cadenasser l’ordinateur, la tablette, le téléphone, ils trouveront toujours un interstice, un moyen de voir de leurs propres yeux. D’abord, parce que vous êtes une bille en nouvelles technologies, comparé à eux. Et surtout parce que c’est la nature humaine : enfants ou adultes, nous sommes curieux, nous voulons savoir, nous voulons tester, sentir, goûter - et je ne parle pas que de sexe. En grandissant, la curiosité se mue en avidité.

Quel que soit l’objet de notre désir, les barrières et les interdictions ne suffisent pas à nous le soustraire. La prohibition aux Etats-Unis ? 15 ans de mafia, de guerre des gangs et de contrebande qui n’ont pas vaincu l’alcoolisme. L’interdiction du cannabis ? Elle fait le bonheur de nos voisins bataves et les affaires de la SNCF depuis quatre décennies. Ranger votre paquet de chips sur la plus haute étagère de la cuisine ? Ça ne vous empêchera pas de le retrouver et de l’engloutir d’un coup, parce qu’en le mettant si haut, si loin, vous l’aurez désiré davantage.

Meyer Lansky et Arnold Rothstein, parrains légendaires de la prohibition. Ils ont un point commun avec Patrick Balkany, saurez-vous le trouver ? Ecrivez-moi pour tenter votre chance.

Interdire ne sert pas à grand-chose. Le changement profond n’est jamais dans la loi, il est dans la pratique, dans le comportement. Et avant cela, il est moral. Cela explique que les censeurs soient parfois les pires contrevenants : Cahuzac, Ramadan et j’en passe, chacun dans sa catégorie. Etablir des lois ou une morale est facile ; être une autre femme ou un autre homme, affronter ses faiblesses, voilà le grand défi.


Les vrais démons ne sont pas dehors : ce n’est pas la faute du bar en face de chez vous si vous buvez trop - je dédie cette pensée à mon pote Gérard, le champion de la bonne excuse. Les vrais démons sont intérieurs.

Newsletter :

Me soutenir :

Partager :

 |   |