Galerie Toutes les histoires Qui suis-je?

Episodes avec Alice: #17  #36  #48  #61  #76  #90  #99  #99  #110  #123  #127 



Voilà, c'est ma sœur. Je l'ai dessinée un peu plus belle, pour qu'elle ne se reconnaisse pas au cas où elle tomberait sur ce blog.


Il paraît qu'elle me ressemble un peu, physiquement... Mais alors, physiquement seulement ! Pour le reste, on est comme chien et chat. Depuis toujours, d'ailleurs... Elle a toujours été du côté de ma mère, et moi, j'ai toujours été fâché avec les deux.

Vous comprenez, maintenant, pourquoi j'aime autant Alice ?

Et je vais tout casse-eeeee-eeeeer si vous toucheeeeez au fruit des entrailles de ma sœur, Balavoine, ça fait mal, aïe aïe aïe...

Ma nièce est la seule qui me ressemble dans toute la famille. J'ai bien cru que ça n'arriverait pas, que je serais le vilain petit canard toute ma vie... Et quand Alice a eu six ou sept ans, j'ai compris qu'elle avait cette forme d'intelligence qui manque cruellement aux autres.

L'intelligence, pour moi, c'est autre chose qu'une capacité de calcul. La capacité de calcul, c'est la mémoire vive. L'intelligence, c'est se poser la question : au service de quoi je veux mettre ma capacité de calcul ? Et ceux qui trouvent une réponse brillante à cette question sont les plus intelligents. Exemple : un normalien brillant, doté d'une très grande capacité de calcul, décide de faire carrière dans la finance. Appelons-le Jupiter (ça ne le dérangera pas, il est très modeste). Par ce choix, Jupiter met sa capacité de calcul au service d'actionnaires très riches, de trusts capitalistes et de sa fortune personnelle. Bref, des intérêts égoïstes : ce n'est pas une réponse brillante à ma question. Intelligence limitée.

Un jour, il décide de devenir Président de la République, pour changer la France. Ce faisant, il se met au service de 67 millions de Français : intelligence ! Dommage qu'on comprenne, au lendemain de son élection, qu'il est toujours au service des mêmes intérêts égoïstes : les ultra-riches qui payent l'ISF, au détriment du plus grand nombre. Perte d'intelligence.

Alors ma sœur dans tout ça ? Elle veut qu'Alice ait de bonnes notes à l'école et qu'elle soit polie, quitte à brider son insolence. Ce n'est pas très intelligent. L'insolence, c'est ce qui permet de poser les bonnes questions, de remettre en cause l'existant et le conformisme, de questionner les ambitions de chacun ! La voilà, l'intelligence ! Si Alice perdait son impertinence, elle deviendrait ennuyeuse et bête, même en ayant de bonnes notes. Rien n'est pire qu'un premier de la classe au service de rien du tout. Le monde est rempli de ces calculateurs inutiles, incapables de remettre en cause le système qui, à cause d'eux, fait courir le monde à sa perte.


Heureusement, Alice est assez insolente pour s'opposer à sa marâtre. Je crois même que plus ses parents vont tenter de la brimer, plus elle va tracer sa liberté... Je l'adore !


Si vous l'adorez aussi, tipez ici
ça ira directement dans ma petite caisse pour partager des glaces avec elle.
Merci !

Newsletter :

Me soutenir :

Partager :

 |   |