Galerie Toutes les histoires Qui suis-je?


Il y a quelques temps, j’ai entendu cette phrase dans un café : « Je suis déçu par Macron ». Et ce n’est pas la première fois, aussi étrange que cela puisse paraître…



Déçu par Macron. C’est comme si quelqu’un achetait un cassoulet Leclerc en boîte, pour se dire ensuite déçu par la saveur des saucisses. On ne peut pas être déçu par ce qui ne simule même pas l’apparence de la qualité !

Si Macron avait eu un programme, s’il n’avait pas fait croire qu’il était de gauche et de droite en même temps, s’il avait promis une seule mesure précise pendant sa campagne, on pourrait être déçu, mais là ! Rien. On ne retient de ses meetings qu’un pantin qui hurle « C’est notre projeeeeet », sans même pouvoir mettre un nom sur ce projeeeeet (ta gueule).

Grisé par le pouvoir autant que par son ego, Macron a oublié qu’il n’était qu’un quidam ambitieux, légataire d’un concours de circonstances extraordinaire. Le pays est de droite - pas étonnant, avec 50% de vieux - et Fillon aurait été élu facilement s’il avait mieux géré son histoire de costumes. Macron pense qu’il a été élu haut la main, alors qu’il a réuni sur son nom 18% des inscrits au premier tour - moins d’un électeur sur 5. Tout ça parce qu’il est jeune et « en marche », ce qui impressionne les gogos qui croient encore à l’illusion du mérite. Qui sait ? Si j’étais beau et jeune, peut-être pourrais-je être élu Président moi aussi, avec un mouvement dans l’air du temps : La République en taxi.

Etre déçu par Macron, c’est le signe d’un degré de crédulité navrant. D’autant que tous nos récents Présidents ont été médiocres. A force, un électeur normal devrait comprendre qu’il n’y a rien à attendre de ce genre de personnage… Mais non ! Comme un mouton bêta qui ne comprend pas le concept d’erreur, l’électeur lambda se laisse berner dix fois de suite. Tous les 5 ans depuis sa naissance, on lui promet que « le changement, c’est maintenant », « qu’ensemble, tout devient possible », « qu’un nouveau monde va succéder à l’ancien monde »… Et tous les 5 ans, l’électeur y croit, pour être déçu un an plus tard. Peut-être que notre système éducatif ne développe pas assez notre esprit critique ? Les promesses sont les mêmes, les candidats sont les mêmes, la société reste la même… Et les Français votent toujours pour les mêmes, un peu plus raciste en 2007, un peu plus flou en 2017, mais enfin, ces gens-là gèrent le pays et leurs intérêts d’un même mouvement, sans inspiration, sans jamais nous élever vers l’utopie.

Allez, soyons indulgent : celui-là tiendra peut-être une promesse… Celle que contient son nom.



Vous voulez du changement, vraiment ? Il va falloir élargir votre champ de vision.

Michel de La Teigne

Newsletter :

Me soutenir :

Partager :

 |   |