Galerie Toutes les histoires Qui suis-je?

Episodes avec Alimatou: #8  #14  #23  #27  #34  #44  #51  #58  #64  #65  #77  #82  #93 



Alimatou n’est pas en couple, elle est en coloc ! A l’heure qu’il est, vous ne le voyez pas, mais je suis en train de danser la Macarena dans mon taxi - c’est la seule danse que je connaisse. Allahu akbar !

Ça n’a pas pris une ride ! Et eux non plus.

Je ne sais pas vraiment pourquoi je me réjouis, d’ailleurs : ce n’est pas parce que l’obstacle d’un mâle dominant n’existe plus, qu’elle va me tomber dans les bras. La route est encore longue… Mais je suis content que Cissé N’Dour soit une femme. Jalousie primitive de ma part, sans doute.

C’est drôle : Cissé N’Dour est plus affirmée, plus bavarde, plus assurée qu’Alimatou, mais elle me plaît beaucoup moins. J’aime les secrets et la fragilité de ma future femme (laissez-moi rêver). Cette préférence fait-elle de moi un macho ?

Ce que l’on recherche chacun, en amour, est très révélateur de ce que l’on est. Je ne crois pas à l’âme sœur, ni à toutes les tartes à la crème du même acabit : parmi les personnes que l’on croise, on choisit celles que l’on veut fréquenter, consciemment ou inconsciemment, c’est tout. On n’est pas assez intelligents ou sensibles pour le comprendre, mais c’est la réalité.

Pourquoi Alimatou me plaît ? Il y a une composante physique, c’est certain : moi, le vieux garçon usé par une vie de chauffeur - qui, déjà jeune, n’était pas mignon - je suis attiré par ces beautés inaccessibles. Même si je vous disais le mois dernier qu’il ne faut pas juger selon l’apparence… En matière de désir, ce n’est pas pareil. On n’est qu’un tas d’atomes soumis aux lois de l’hormone.

Et puis il y a ce que je sais de sa personnalité. Pas grand-chose, en fait : elle me semble douce et réservée, très différente de son prétendant teigneux… Mais blindée comme moi.

Il y a enfin tout ce que je projette, tout ce que j’imagine en elle. La prostituée : la luxure d’un côté, le fantasme de la rédemption de l’autre… Cette idée complètement inventée qu’elle voudrait que je la sauve, que je la change de vie, mais qu’elle ne le sait pas. Délires intimes. L’amour est comme un livre : il se passe plus de choses encore dans l’esprit du lecteur que dans le livre lui-même.



Alimatou, je suis ton lecteur transi. Laisse-moi tourner quelques pages et me plonger dans ta volupté.

Michel de La Teigne

Newsletter :

Me soutenir :

Partager :

 |   |