Toutes les histoires Qui suis-je?


Bonjour à tous ! Merci pour vos nombreuses questions plus indiscrètes les unes que les autres. Je vois que mon strip-tease vous a bien inspirés… J’ai sélectionné une bonne douzaine de questions et j’y réponds ci-dessous !

Clara: Vos clients et vos histoires sont-ils réels ou fictifs ?
Je n’invente pas la bêtise des gens. Elle est bien réelle. Croyez-moi, la stupidité de mes congénères dépasse de très loin les limites de mon imagination.

Roland: Michel de La Teigne est-il votre vrai nom ? Il est tellement parfait pour vous, qu’il ressemble à un pseudo.
J’ai caché dans l’un de mes épisodes (déjà publié) une référence à celui que j’appelle affectueusement « mon ancêtre », un philosophe qui porte un nom très proche du pseudo que j’ai choisi. Donc non, Michel de La Teigne n’est pas mon vrai nom. En réalité, je m’appelle Juan Romano Chucalescu.

Anthony: Lol, Juan Romano… Allez, dites-nous : qui se cache derrière ces planches ?
C’est lui, là :
Je ne me souviens plus de son nom, mais il me semble l’avoir déjà vu quelque part.

Clem & Ploumoule: Bon, d’accord, on ne saura pas. Une autre question, du coup : pourquoi vous être mis à publier des dessins ausssi tard ?
Je dessine depuis longtemps. J’ai toujours aimé tirer le portrait de mes clients dans les bouchons, ou de mémoire juste après leur course. C’est d’ailleurs un très bon exercice que je recommande à tous les taxis dessinateurs. Pourquoi m’être mis à publier tout à coup ? Un ras-le-bol face à la médiocrité de la société, j’imagine. Le succès inexplicable de Cyril Hanouna a joué, c’est sûr.

Gautier: C’est intéressant que vous soyez passé de la philo à la BD… Quelles sont les bandes dessinées qui vous plaisent ?
Je suis un grand fan de Tintin, Boule et Bill, et surtout de Tchoupi. Nan, je déconne. Disons plutôt Reiser, Brétecher, Crumb, De Crécy & Chomet, Davodeau, Rabaté, Blain, Blutch, Sfar...

Xavier: Et l'odieux connard, vous connaissez ?
Oui, je le trouve charmant. Nous allons souvent dîner ensemble pour dire du bien des braves gens.

Jean-Pierre: Avez-vous déjà tenté de frapper à la porte d'un éditeur ?
Je me méfie des éditeurs - notamment pour les raisons expliquées ici. Je n’ai pas envie de gaspiller mon énergie à leur courir après dans tout Paris, pour un résultat aléatoire. Je préfère rêver qu’un jour, j’aurai suffisamment de lecteurs sur internet pour que les éditeurs viennent à moi. Donc je compte sur vous, lecteurs, pour le bouche-à-oreille ! Je mise tout là-dessus. Si j’échoue, ce sera de votre faute, et vous le regretterez jusqu’au jour de votre mort. Et même après.

Michel: Je suis un lecteur old-school. Y aura-t-il un jour une version papier ? Si elle existe déjà, comment se la procurer ?
Je l’espère - étant moi-même très vieille école, comme vous avez pu le constater dans ma manière d’insulter mes clients. Pas de version papier à ce jour.

Christophe: Vous dessinez avec quel matériel ?
Pour le dessin, je n'utilise que des crayons de papier, des gommes et de l’aquarelle noire.
  • je commence par faire des crayonnés rapides où je « croque » les visages
  • puis je travaille les expressions et les postures pour réaliser un story-board (j’ai déjà écrit mon scénario)
  • je réalise le crayonné final avec l'aquarelle noire. J’utilise une table lumineuse pour éviter d’avoir à gommer mes esquisses par-dessous
  • enfin, j’intègre les personnages du story-board dans mes décors, grâce à la magie du numérique.

Christophe: Et vous comptez passer à la couleur, bientôt ?
Monsieur, je ne suis pas un vieux film des années 30 qu’on colorise pour le jeune public. Je compte bien rester en noir et blanc : c’est un choix esthétique qui me plaît et définit, je crois, l’identité visuelle de ma bd.

Hassene: Pensez-vous que l'on puisse changer le monde? Si oui, comment?
Oui, c’est facile : émondez les oignons, levez les filets, montez les blancs d’œufs en neige et le tour est joué ! Les doigts dans le nez.

Victoria: Qu’est-ce qui vous rend heureux ?
J’aime bien quand un client avec une sale gueule la ferme et me laisse écouter Fip en conduisant.

Morgane: Et Alimatou, vous l’avez revue ?
J’ai beau traîner au bois de Boulogne, je ne la vois pas assez à mon goût. Je précise que c’est mon lieu de travail. Enfin, le lieu où j’exerce ma profession, consistant à prendre des clients dans mon… Bref, vous m’avez très bien compris !

Bernard: Mes amitiés à Nafissatou !
Nafissatou ? Vraiment ? Dis donc, je ne te permets pas. Quelle affreuse méprise ! Jocelyn, tu vas arrêter de boire immédiatement, et aller te flageller place de la Bourse avec la ceinture du peignoir de DSK. Non mais ! Nafissatou…

Michel de La Teigne

Newsletter :

Me soutenir :

Partager :

 |   |